Logements à Toulouse : il faut acheter avant que les prix n’augmentent

Bien que Toulouse demeure une des grandes villes de France où les biens immobiliers sont les moins chers, il n’est plus rare de trouver des prix supérieurs à 6 000 euros le mètre carré, alors que le prix moyen, lui, demeure sous la barre des 2 500 euros.

Investir dans l’immobilier à Toulouse

Depuis deux ans, le marché toulousain ne cesse de monter en force, alors que les prix ne cessent de grimper, sans toutefois atteindre un niveau moyen excessif. Certains quartiers commencent tout de même à montrer une tendance vers des prix comparables à d’autres plus grandes villes de France, il faut donc profiter de certaines aubaines qui existent encore sur le marché. Voici un article qui explique où investir à Toulouse.

A lire également : Les normes et standards énergétiques d’un logement neuf

Si le marché s’est arrêté subitement à l’arrivée de la crise du coronavirus, rien ne laisse présager qu’elle laissera derrière elle des dégâts permanents en ce qui concerne l’immobilier dans la ville rose. Avec ses 5 000 habitants de plus à chaque année, et un très grand nombre de locataires, la ville demeure une opportunité d’investissement pour les acheteurs de logements. Les ventes allaient bon train en début d’année et le tout devrait repartir aussi aisément au cours des prochains mois, grâce aux nombreux atouts de la ville.

Un marché tendu qui fait parfois exploser les prix

À Toulouse, chaque année, il y a plus d’arrivants qui s’y installent que de personnes qui quittent la ville. De plus, ses 15 000 étudiants, qui reviennent à chaque année, ont tous besoin de se loger. On comprend bien que cette forte demande fait augmenter le prix des logements. Avant que le monde entier ne se retrouve graduellement en quarantaine forcée, le marché était très tendu dans la région, notamment dans le centre et le quartier historique de la cité.

A lire aussi : Choisissez un bon syndic de copropriété

Ce sont les petites surfaces qui ont connu la plus grande augmentation au cours des dernières années, certaines voyant leur prix au mètre carré passé de 4 000 euros à 6 000, et même 7 000 euros, et ce, en l’espace de 5 ans. Le coût des grandes surfaces s’est maintenu à des niveaux beaucoup plus bas et les prix varient grandement selon la zone où se situe le bien.

Un des avantages de l’immobilier locatif à Toulouse est qu’il ne connaît pas de temps mort. Le rendement dans le centre historique se situe normalement plus ou moins à 3 % alors qu’il varie de 2 à 5 % dans le centre-ville. Des chiffres qui plaisent aux investisseurs.

Show Buttons
Hide Buttons
Abonnez-vous à notre newsletter