Syndic de copropriete : de quoi s’agit-il ?

Toute copropriété est tenue de disposer d’un syndic pour son administration ainsi que la gestion de ses finances. On qualifie de copropriété tout immeuble ou groupe d’immeubles dont la propriété se répartit entre plusieurs personnes. Celles-ci disposent donc d’une partie privée et d’une partie de celles qui sont communes. Voyons maintenant comment fonctionne ce syndic obligatoire.

Deux grands types de syndic

Il existe en vérité deux types de syndics de copropriété : le professionnel et le bénévole. Quelles différences ?

Lire également : Pourquoi acheter un bien à Reims ?

Le syndic professionnel

Dans ce premier cas, il s’agit d’une personne morale qui peut soit exercer en son nom soit au sein d’une entreprise. On trouve maintenant des professionnels en Syndic de copropriété qui proposent leurs services en ligne, offrant davantage de flexibilité.
Pour exercer, ce type de professionnel doit justifier d’une certaine garantie financière afin de pouvoir intervenir pour rembourser certains fonds de la copropriété si nécessaire. Il devra aussi disposer d’une assurance responsabilité civile et d’une carte professionnelles pour son activité.

En termes de missions, le syndic professionnel de copropriété s’occupe de la gestion des finances. Il effectue par exemple le budget prévisionnel.

A lire aussi : Recherche de maison à Lille : pourquoi faire appel à un chasseur immobilier ?

Pour ce faire, il conclut un contrat à durée déterminée avec le syndicat de copropriétaires et agit en son nom (charges, contrats d’entretien et de conservation des immeubles de la copropriété).
Ce contrat de syndic comporte par exemple la tenue de l’assemblée générale annuelle et le nombre de visites périodiques de la copropriété.
En échange de sa mission de gestion, il perçoit des honoraires, s’agissant d’un professionnel.

Le syndic bénévole

À l’inverse, un syndic bénévole n’a pas besoin de carte professionnelle ou de garantie financière. Choisi par les copropriétaires, et devant lui-même l’un des copropriétaires, il n’est pas non plus obligé de disposer de l’assurance responsabilité civile, même si cela reste vivement recommandé. Son rôle est proche du professionnel et il peut percevoir une compensation financière en échange de ses services. 
Si un syndic bénévole occasionne moins de coûts, il est cependant moins adapté à de grandes copropriétés. Il y a en effet beaucoup d’aspects à gérer, ce qui est difficile à englober en tant que bénévole, les membres du syndic exerçant généralement une activité professionnelle en parallèle.

Une charge de travail importante justifie donc du recours à un syndic professionnel qui dispose par ailleurs de davantage de moyens d’actions et souvent, d’expérience en la matière.

Missions des syndics de copropriété

La gestion et l’administration financière de la copropriété se retrouvent concrètement dans les tâches suivantes :

  • Gestion administrative : réaliser les décisions prises au cours des assemblées générales, informer les résidents de la copropriété sur ces décisions, veiller au respect du règlement de la copropriété, tenir à jour la liste des copropriétaires, convocation annuelle à l’AG, représenter le syndicat de la copropriété en cas de procédure judiciaire…
  • Gestion financière : établir les prévisions budgétaires, les comptes du syndicat, en tenir la comptabilité, assurer le recouvrement des charges, ouverture et gestion d’un compte bancaire propre au syndicat
  • Gestion technique : administration de l’entretien et la conservation de l’immeuble (en faisant réaliser des réparations par exemple), veiller à l’approvisionnement en eau, électricité, gaz… , conclure les contrats nécessaires, mettre à jour le carnet d’entretien de la copropriété