Déménager en province : pourquoi pas la Normandie ?

Au-delà du port du masque et de l’utilisation du gel hydroalcoolique, la crise du COVID-19 a chamboulé bien des choses dans nos vies : télétravail, changement d’emploi et même déménagement. Les grandes métropoles de France ont connu un exode urbain au profit de la province. Une tendance qui continue aujourd’hui puisque 40 % des Parisiens souhaitent vivre dans une plus petite ville et profiter d’un cadre plus vert et plus spacieux, contre 29 % en 2021.

Travail et domicile : des villes différentes

Télétravail oblige, les petites villes provinciales en périphérie de Paris ont le vent en poupe. De par leur calme, leur verdure, leur taille humaine et leur situation géographique privilégiée, elles attirent une population de plus en plus urbaine. Autre avantage indéniable : le coût de la vie. À quelques heures en train de Paris seulement, ces villes proposent des prix immobiliers bien plus abordables que ceux de la capitale. Avec une inflation moyenne de près de 6 % depuis le début de l’année, toutes les économies sont bonnes à prendre lorsqu’il s’agit d’améliorer son pouvoir d’achat.

Lire également : Comment bénéficier du prêt à taux zéro ?

C’est notamment le cas d’Alençon, petite ville de plus de 25 000 habitants, située en moyenne à 2h30 en train de Paris, proche de deux parcs régionaux, mais aussi des villes de Caen, Rouen, Le Mans et Rennes. Avec un prix moyen au m2 de 1 580€ environ pour une maison contre plus de 10 000€ à Paris pour un appartement, la commune a de quoi plaire. Ainsi, trouver une location d’appartement à Alençon avec un budget raisonnable est chose aisée.

Que faire à Alençon ?

Premier lieu à visiter : le musée des Beaux-arts et de la Dentelle. Inscrit au patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’Unesco en 2010, le savoir-faire de la dentelle au Point d’Alençon saura vous émerveiller. Comme dit l’adage : patience est mère de vertu, puisqu’il faut jusqu’à 15 heures de travail aux dentelières pour réaliser l’équivalent d’un timbre-poste. Sur trois niveaux, il vous sera possible d’admirer des œuvres qui requièrent une technique si complexe qu’il faut entre sept et dix ans pour l’apprendre au travers d’une transmission orale uniquement !

A lire en complément : Tout ce que l’on ne vous dit pas sur le container sanitaire

La Maison natale de Sainte Thérèse est un autre incontournable d’Alençon. Vous pourrez y découvrir l’histoire exceptionnelle de cette famille où Sainte Thérèse de Lisieux, religieuse carmélite, a vu le jour en 1873. Ses mémoires, publiés à titre posthume en 1898, soit un an après sa mort, ont rencontré un fort succès et ont conduit à une dévotion mondiale envers Sainte Thérèse. La demeure familiale est souvent l’une des étapes du pèlerinage à travers la ville. Les visiteurs s’arrêtent également à la basilique Notre Dame où Sainte Thérèse a été baptisée, sur le pont de Sarthe où ses parents se sont rencontrés et à l’horlogerie de Louis, son père.

Enfin, si vous souhaitez vous prélasser sur un (grand) coin d’herbe ombragé, le parc des Promenades sera l’endroit parfait. Construit en 1783 et rénové en 1999, l’espace saura séduire tous les âges grâce à une magnifique roseraie et un bel espace de jeu pour les plus jeunes.